Articles


Des luttes globales aux luttes locales spécifiques : réflexions sur « le mouvement »

De la mobilisation organisée par le Comité d’accueil du G20 à Montréal en 2000 à la récente mobilisation de la CLAC2010 contre le Sommet du G20 à Toronto en juin dernier, bien de l’eau a coulé sous les ponts de la gauche radicale montréalaise. Dix ans plus tard, il serait sain que le « milieu militant », comme on l’appelle souvent, ait la maturité politique de prendre le temps faire un bilan et se livrer à des réflexions collectives. Non pas strictement au sujet de la récente mobilisation contre le G20, mais surtout amorcer une sincère introspection quant à l’évolution de ses organisations et de ses luttes dans les dix dernières années, ainsi qu’à l’état actuel du mouvement anti-capitaliste, principalement composé d’individus et de groupes anarchistes de diverses tendances.

Quand on participe à la lutte anticapitaliste durant plusieurs années, on finit par se faire arrêter par la police à un moment ou à un autre, c'est un signe que ce qu'on fait dérange. Si vous militez depuis longtemps et que vous ne vous êtes jamais fait arrêter, soit : 1- félicitations, vous avez une excellente culture de sécurité, ou 2- changez de stratégie, le gouvernement n'a pas peur de vous pantoute!

Les 26 et 27 juin dernier, plus de 1000 personnes ont été arrêtées dans le cadre des manifestations organisées contre la tenue du G20 à Toronto. Cette opération de répression policière et d’arrestations massives et arbitraires est d’une ampleur sans précédent dans l’histoire du Canada. Les policiers ont violé sans entrave les droits fondamentaux des manifestantEs. Ils ont procédé à des entrées par effraction sans mandat chez des militantEs, à des fouilles illégales systématiques sur la rue, à des enlèvements de manifestantEs effectués par des agents en civil ; ils ont détenu des gens durant des heures sans accusations formelles, ont fait des menaces à caractère sexuel contre des femmes et ont utilisé toutes sortes de tactiques d’intimidation psychologique contre les personnes arrêtées.

Les gens qui prennent la rue en grand nombre pour manifester contre le G20 le font pour une raison très simple : signaler leur rejet des effets nocifs qu'entraînent les politiques du G20 dans leur vie et dans celle de leurs frère et sœurs partout sur la planète. En tant que Convergence des luttes anticapitalistes, nous nous sommes ponctuellement organiséEs en opposition au G20 pour les mêmes raisons qui nous poussent à nous organiser au jour le jour, d'année en année, dans nos communautés : parce que nous sommes écoeuréEs de la façon dont les plus puissantes économies continuent à transférer massivement la richesse des plus pauvres vers plus riches… en prétendant que cet obscène détournement n'est rien d'autre qu'une saine «gestion»de l'économie mondiale.

Le capitalisme est un système économique et social qui repose sur quatre piliers idéologiques complémentaires : la propriété privée ; la recherche de profit ; la compétition ; et l'exploitation des travailleurs et travailleuses et des « ressources » naturelles).

Les anticapitalistes, par définition, s'opposent à ce système parce qu'ils et elles le jugent incompatible avec les intérêts à court, moyen et long terme des communautés humaines et non humaines, ainsi que des écosystèmes dont celles-ci dépendent. De façon générale, au modèle illustré ci-dessus les anticapitalistes cherchent à développer et mettre en pratique des modèles fondés sur un partage équitable des richesses, l'entraide et la coopération, un profond respect de l'environnement et des modes et moyens de production et d'échange dont les travailleurs et travailleuses (et par extension, les communautés qu'ils et elles forment) seraient en plein et souverain contrôle.

Pages

S'abonner à RSS - Articles

Abécédaire anticapitaliste

Après CISM pendant plus d'un an, le comité agitprop de la CLAC sévit maintenant sur les ondes de CKUT à l'Émission Off The Hour un vendredi par mois. La chronique est basée sur la formule d'un abécédaire: une lettre, un mot, une tirade. Ça ne se passe pas dans l'ordre alphabétique, mais selon l'actualité. D comme dénoncer, C comme crosse ou crosseurs. Bonne écoute!



Les idées et la révolte se partagent

DIRA - Bibliothèque anarchiste - 2035 Boulevard St-Laurent Montréal dira @ riseup.net

Disclaimer notice: The host and administrators of this site, as well as the owner of both clac2010.net and clac-montreal.net domain names, in no way encourage illegal activity. The content of this site is compiled strictly for informative purposes. - April 28th, 2010 -

Avis de non-responsabilité : L'hébergeur et les administrateurs de ce site, ainsi que le propriétaire des noms de domaine clac2010.net et clac-montreal.net, n'encouragent personne à commettre des actes illégaux. Le contenu de ce site est compilé strictement à titre informatif. - 28 avril 2010 -

Connexion utilisateur