Épisode 1: HIS-1312 - Introduction et histoire de la police

Téléchargez l'épisode

Le verger au complet, Épisode 1, HIS-1312 - Introduction et histoire de la police

L'épisode vise à retracer le développement des différents services de police dans le nord de l'Île de la tortue, pour mettre en évidence son importance pour le développement du racisme et du capitalisme qui continuent jusqu'à nos jours.

Musique

* Les Goules - "Caché icitte", tiré de l'album "Les Animaux", https://lesgoules.bandcamp.com/album/les-animaux, utilisé avec la permission du groupe.
* Backxwash - "Black Sheep", tiré de l'album "God Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of It", https://backxwash.bandcamp.com/, utilisé avec la permission de l'artiste.

Références

BRODEUR, Jean-Paul, 1984, La délinquance de l'ordre, enquête sur les commissions d'enquêtes (http://classiques.uqac.ca/contemporains/brodeur_jean_paul/delinquance_de...)
GAUTHIER, Carl, 2005, La sûreté du Québec un professionalisme en voie de développement, Mémoire de maîtrise, Université Laval (https://corpus.ulaval.ca/jspui/handle/20.500.11794/18395)
MAYNARD, Robyn, 2017, Policing black lives, Fernwood Publishing.
WILLIAMS, Kristian, 2008, Our ennemies in blue, South End Press.
ZINN, Howard, 2015, A people's history of the USA, Harper Perennial Modern Classics, p.173-177.
La commission Viens: https://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/DepotNumerique_v2/AffichageFichier...
La commission Keable: https://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/DepotNumerique_v2/AffichageFichier...

Translation

Police and prisons are violent and racist institutions, coming from the colonial legacy and that help reproduce the inequities of the capitalist system. Everyday, even when its the so-called social peace, the cops assaults, harass and incarcerate the most vulnerable and oppressed among us. And people rise up against those injustices, the police and the prisons are sent again.

The problem is not only the violent blunders of the police, but the police institution in itself, that is a form of violence just like the courts, the laws, the jails and prisons. Can we really talk about rotten apples when the whole institution only exist to repress and oppress? The Whole orchard is a series of podcasts shaped as interviews that address different themes linked to the police, prison and justice system, put in place by CLAC, an Anti-capitalist convergence, a group based in Tiohtià:ke/Montreal on unceded native land inhabited by amongst other by the Kanienkeha:ka nation. We’d like to propose an critical analysis that oppose the liberal vision that prefer to target the rotten apples in the basket, instead of combating systems of oppression. We should not leave them a chance: we don’t reform a system with rotten foundation, we abolish it. Let’s attack the whole orchard!

Behind the idea of this podcast, there is the will to share the knowledge, the experiences and radical imagination to help better understand who are and how function our enemies. It can be hard to see clearly through the so-called neutrality of the legal system and the legitimization discourses of the police. How to split between individual blunders and institutionalized discrimination? What can explain the over-representation of certain groups in the jails and prisons? How those structures take us down while pretending to serve and protect? How is the criminal category is constructed? Doesn’t it only server to makes us afraid of one another? Why is police defunding not enough and the abolition necessary? How to rethink justice within a State the perpetuates the genocide of native people? What type of alternative justice could replace the repressive and punitive we currently have? What form would transformative justice take in a post-revolutionnary society? And in the actual one? Those are some of the questions we aim to explore within these episodes.

In this episode in particular, we’ll address the history of police on Turtle Island. We’ll first discuss of the foundation of police as tools of protection of the private property and as an organized and paid group aiming to apply the rules of the established authorities. We’ll then discuss the development of the police forces in colonized America by presenting the history of police in so-called Canada, in so-called Quebec then in the so-called United States. This will highlight the motivations behind the implantation of those organization, exposing their deeply racist and capitalist character.

Q: From where would trace the beginning of the police as we know it?

A: Its a big debate to know from what is the police. In fact, military forces, armed groups, body guards and mercenaries have existed since immemorial times. For a definition of the modern police, there are different aspects:
• a permanent and salaried force
• having a 24 hours per day jurisdiction over a city or territory
• and that the personnel is mainly occupied to apply rules
So to get back to its origin, the police forces reinforces themselves with the implantation of capitalism. The first police forces organized as we conceive them today have appeared in England in the 18th century. They followed the land appropriation movement and the expulsion of peasants that had started two centuries earlier and that were associated with the birth of modern capitalism. The rich landlords were fearing the uprising of the displaced peasants. On top of enclosing their land to prevent access to their territories, landlords will use their resources to armed militias to protect their property. Since antiquity until the Renaissance, Kings and Lords have used their armies to violently repress poor populations. However with the emerging modern State we see a clear delimitation between army and police for the repression of internal population.

Q: Also, with the displacement of the peasants towards the cities is accompanied by many disciplinary techniques that marks the poor population in what was called the Great Detention. Since the 15th century, measures are put in place to prevent people that are able to work to benefit from social assistance. Then the with hunt will target women living alone or without child, and will force many women to form families. The Great Detention and the apparition of asylums which arrive in the 17th century have displaced many people considered unable to work in institutions. Then, the apparition of prisons in the 18th century have split another part of the population. The rest of the poor population were targeted by vagrancy laws, to prevent people from living off poaching in shared forests. So in which way the internal repression that you were talking about have contributed to the socio-economic stratification during the emergence of modern capitalism?

A: It is true that the forced displacement of the landless peasant to the cities caused by situation that you mentioned coincides with the first wave of industrialization and the consolidation of the bourgeoisie as a upper class. This bourgeoisie, owning factories, then benefits from the cheap labor of those new city dwellers. Cities become spaces where the most decadent wealth meet the most squalid poverty. With the creation of first unions and strikes, the ruling class fears revolutions. It is essentially to control these new class war hotbeds, formed by organized movements or not, that the first modern police will be created in London in 1829. The reform was put in place by the conservative Robert Peel, which, as a side note, as a street named after him in so-called Montréal. In fact, the bulks of police services in occident was created in parallel to strike movements in factories. Supposedly to prevent riots, the police repress union meetings, jails the union leaders and use violence to crush demonstrations. When it is not used to control crowds, it is charged to patrol poor neighborhood and ensure the tranquility of rich neighborhood. Behind the creation of the police forces is the idea that by controling the so-called dangerous classes, the crimes will lower. This is the double function of the modern police: on one side surveillance and intimidation on behalf of the fight against crime, and other side, the repression of the strikes, riots and large demonstration.

Q: And fun fact: the rich wealthy merchants were hiring thugs and mercenaries for a long time to protects their goods. With the gradual take over of state power by the bourgeoisie, they use the creation of police services to finance this protection of the merchants. They avoid having to pay by themselves for the cost of their security and send the bill to the society at large. In short, modern police replace the private militias and mercenaries but its function stays the same: to protect the property of most well-off and the political system that advantages them.

A : And as a bonus, it is now the oppressed who pay for it!

Q : So far we’ve discussed the rôle of police in the control of social classes in its own citizens. Now if you could talk about the rôle of police in so-called Canada?

A: Obviously, the creation of the Canadian confederacy in 1867 didn’t put an end to the colonial politics that were prevalent at the time. Quite the opposite, all along its history and still today, Canada is a colonial State, and its police forces are used to impose its decisions against native population. Even with the myth that Canada is a less violent country with more humane methods that its southern neighbor, its history of police, particularly the RCMP, but also the SQ in Québec, shows that under a mask of good intentions Canada is no better than the other colonial states in term of violence and brutality. Canada stays the territory of a company, the Hudson Bay Company, transformed in a country.

It is from a military force expressly designed to repress the métis rebellion that the North-West Mounted Police, the ancestor of the RCMP, will be formed in so-called Manitoba. A military convoy of a thousand soldiers is sent to attack the Red River Rebellion, to which participate Louis Riel and its allies. Then those soldiers are established as a permanent force on the territory and be called Mounted Police in 1873. The organization participate in crushing numerous native and métis revolts all along the 19th century. It is after the Winnipeg insurectionnary strike of 1919 that the Mounted Police of the Northwest will become the Royal Canadian Mounted Police.

Q: It is not surprising seeing what it does today.

A : The role of the RCMP is to be armed arm in the continuation of the Canadian colonial policies. The State must have full control over the territory that it called its own. Native sovereignty is only tolerated in the measure that it does come in contradiction with the corporate interest of the State or the companies it protects. The RCMP is then deployed as an occupation army in enemy territory to apply laws voted by the Canadian parliament… or the private projects cautioned by the government.

Q: We can think of a lot of extractivist projects that were objected by Native communities in the last years, for example the Coastal GasLink pipeline, the TransMountain pipeline or the Alton Gas project.

A: Exactly, it is hard to count all the colonial project that required a repression of the defenders of the land in so-called Canada, because it is a constant and omnipresent reality of the Canadian occupation.

Q: So when we look at the history of Native struggle in so-called Quebec and the actual territorial disputes, we realize that it is the Sûreté du Québec, the SQ, that incarnates the threat of violence toward Native people that defend their traditional territories. The police forces in so-called Quebec, how did that start?

A: We can go back to the Durham report of 1839 that recommend the re-implantation of a police in Lower-Canada. The report state that the police has always been dysfunctional on the territory and that six agents had no accountability to anyone. It is after the Patriot Rebellion that the first modern police service appear in Canada, with as an explicit goal to surveillance of the political activities of the rebel population. The Montreal police service and Quebec police service were created in 1843 with a about fifty agents. The provincial police was officially re-created with the police act of Quebec in 1870, then to be abolished by liberals in 1878 and re-established by the conservative in 1883. In 1937 the ultra-conservative Maurice Duplessis reorganize the provincial police in four distinct services: the judiciary police, the gendarmerie, the road police and the liquor police. The same year, the «lock law» (loi du cadenas), is adopted. This law brings police raids against establishments suspected of hosting subversive activities and actually closure of the communist newspaper and union activities. The provincial police is renamed SQ after the implantation of the recommendations of the Cannon report of 1944, that «looks in detail at the real role of the provincial police, noting that the police is criticized in the public opinion since a number of years for the inefficiency of its work and the negative results of its activities.» We can already see that there is a leitmotiv of inefficiency.

Q: Indeed. Then, if I understand well, the organization of the different police forces on the territory is not a linear history.

A: No indeed, and the relative importance of the SQ in comparison to local and municipal police forces will continue to change from the Duplessis era until now. In general in the 1970s and since the implantation of their operational center on the Parthenais street in Montreal, the police will develop more hierarchical levels, implant different specialties and equip themselves with managers. Since 1960, the municipal police services tend to disappear to the profit of the SQ. That explains why between 1960 and 1980, SQ went from a 1500 to 4500 agents, while adding 1000 civilian employees. In 1977, the Keable commission, following the infiltration of the FLQ by the police, states that the operations were devoid of any legitimacy and the police forces we’re unaccountable to anyone. The same year, the MacDonald commission blames the RCMP for diverse illegal activities such as illegal wiretapping, theft and production of false documents and its recommendations leads to separation of the federal police and its surveillance branch, that becomes the Canadian Security Information Service, CSIS, in 1984.

Q: In 1984, what a non-surprise! After that the next important event for the provincial police, you’ve guessed it, is the intervention of the SQ during a road blockaded by the Mohawks/Kanienkeha:ka of Kanesatake, on July 11 1990. A botched assault that cost the live of an agent. During the whole crisis happening in Oka, the derogatory comments against the native community by the representant of the Police association of Quebec (the union of the SQ agents) and the SQ official themselves reinforced the negative image of the SQ. Here is an extract of La Presse, a center-right newspaper, that denounces the racism and the lack of nuances in their press release:
This communiqué, doesn’t have the decency of making a distinction between the armed warriors and the the whole Mohawk community give the impression of a racist police to which every Mohawk is a criminal in power.
A report of the coroner will be produced afterward, the Gilbert report, that shows that the SQ has decided to intervene by itself, without the explicit authorization of the Public security minister. The report states:
When the social order and public security are threatened, the problem is one that must be addressed by the government and not left to the isolated decision of the police.
So even if the different inquiry commissions have different mandates and contexts, it seems that the police forces continue to act without necessarily having to answer to anyone. After Oka, many efforts will be put in place to control the provincial police and make it more accountable to the public. But even with all the efforts to hide their blunders and their incompetence, the following reports continue to point out the same issues.

A : Yes, and it is not all, with the obligation of all municipalities of Québec with more than 5000 inhabitants to have a police service, enacted in 1992, many small town and rural communities have to transfer their activities to the SQ. It is the case for example of the Joliette police service in 2008, the one of Val-d’Or in 2002 and just now, the one of Mont-Tremblant. It is this situation that leads to the Viens commission’s on the relationship between native communities and certain public services, among which the Val-d’Or SQ, following the report of tens of native women denouncing physical and sexual abuse, neglect and contempt between 2002 and 2015. This report informs us that «Between January 1st 2012 and August 31st 2017, 4 270 tickets have been given in Val-d’Or. 75,1% of those were to people from Native origins.»
The motives of those interventions according to the police are the numerous infractions to the municipal by-laws, such as loitering, drunk in public, or disorderly conduct. Once again, the police, responsible for the public order act in function of priorities they define by themselves. It is the same issues that in the report on the Oka crisis. The so-called transparency have not increased and the racism was clearly never addressed. The same issues remain, the same violence continues and history repeats.

Q: We talk about the reports and the inquiry commissions, but the only tendency that we seem to note to the SQ of the SPVM, is the growth of their budget and their technological capacity, but their role and their ways of acting stay the same. Maybe we can sum this up, I’d like you to talk to me on how the State present the police to the population.

A: Since at least three quarters of a century the police has been inefficient, counter-productive and unaccountable. Even if the reports of the commissions present a somewhat conflicting relationship between the State and its police, we must ask ourselves: is it really the case? A dysfunctional organization that is denounced every ten years without ever changing seems an undeniable sign that its informal role is its formal role. On paper the State has the ability to «clean up» the police forces in terms of transparency and accountability. But the fact that nothing is done since all those years underlines clearly that we are dealing with more than a simple rotten apple, but a whole orchard, as on much on the side of the State that benefits from this situation than on the side of the police.
.
Let’s think for example to the Mayday demonstrations, to the demonstration against the police killing or those of Spring 2012 and 2015. How does the Public Security Ministry can tolerate that hundred of armed police officers attacks violently protesters in residential areas? In fact, there is two hypotheses. First, is that the political class doesn’t really want to know the details, to avoid being held accountable. A second, more plausible one is that the orders are coming from elected officials, but are held in secret. In a case like the other, the responsibility of the police actions are not assumed by the political powers, but still silently supported. The repression, violence and aggression towards the most vulnerable that are the center of the action of the police could have maybe lowered a bit by implementing some recommendation of a report or another, if there would have been a political will. But the state doesn’t care about the application of the measures, except if it touches the appearance or its social acceptability. The provincial police, put in place after popular uprising still contributes to the perpetuation of colonialism, racism and capitalism. It is its officious role, sometime exposed but never sanctionned. We are from any warranty of justice or impartiality that would be neutral in the eye of the law as we are often told.

C: In other words, if the police services are the guard dogs of the State, never docile, never controllable, even if the State buy itself a good consciousness and try to improve its image by criticizing them once in a while.

Q: To better understant the demonstration against the police and the Black Lives Matter movement in the United-States, could you talk to us about the origin of their police?

A: The police in the so-calles United-States is a continuation of slavery. According to Howard Zinn, in the 19th century, as the American slave population were less numerous and less dense than in the Caribbeans, evasion was more likely than an armed insurection. The slave owners will then start putting together devices to surveillance the slave on their land, the overseers, but also to find the escaped slaves, the slave patrols. Those patrols with unmitigated cruelty towards the runaways, often using torture and lethal force. They used hunting dogs to track to fugitive persons and to harm them. The sentences for white people aiding runaway slaves are also increased with the Fugitive Slave Act on 1850, that would be applied in the Northern states, although slavery is illegal over there. Its to prevent class solidarity between white and black that the southern authorities, as well as the northern ones, put in place a stricter racial segregation. The overseers, hired to repress the slave, are often poor Irish migrants themselves, helping to accentuate the racial division to the profit of the owner’s elite.

The slave patrols serve another function, essentially counter-insurection: their presence and brutal methods acts as preventative manner, that we can qualify of terrorist, to discourage any uprising of the black population.

Q: And after the civil war?

A: After the Civil War and the abolition of slavery the tradition continues in the southern states. Slaves newly freed stay linked to their old masters though debts or through miserable living condition to make them dependent of the new economic system imported of the North. But to be able to exploit the workforce in the factories, they must be allowed to circulate freely, to the great regret of the white population who live in constant fear of insurrection. It is in the face of this perceived threat that are created the first modern police in the cities. In certain cases the apprehended popular uprising have happened. In the North, between 1801 and 1832, New-York blacks have started more than four riots in attempt to prevent freed slave to their old masters. These efforts have generally failed: the police has responded violently and the participants have received particularly heavy sentences. But even in face of the disapprobation of the elite and the repression popular classes have continued to revolt, sometime even across the race barriers.

Q: So, big spoiler, the end of slavery is more of a transformation of the mechanisms of exploitation, right?

A: Right. As I was saying after the civil war, many southern state create new codes of laws that reproduces the slavery laws and the control the displacement and all the sphere of live of the liberated slaves. We call them black code or black laws. For exemple, according to the vagrancy laws, there is the obligation to find work, without what you can get arrested to only walk outside without having a job. It gave the power to employers and forced people to accept any shit job. It is clearly almost salaried slavery.

Q: So the slavery is so-called abolished… but the fact to exist without working is criminalized. And in prison you are forced to work.

A: Yes and even if the overseers and slave patrols are abolished, in fact the police forces that replace them will conserve many of its elements, including the application of curfew, neighborhood surveillance and of course, racism. Since its birth, for example, the Klu Klux Klan benefit of an immunity for its crimes and the prisons that are being built by the hundred fill with black inmates. It is not surprising when we know that members of the Klan are often themselves polices or sheriffs. Such an history makes clear why racial profiling is deeply rooted in the actual police structure, as it is the essence of its foundation. In the United-States and Canada, black and Native persons and over-represented in the carceral system, and the racism of the police forces, combined with the one of the justice system contributes to this situation. At this moment in the US, 40% of detained are black while they only represent 13% of the population. Certain states like Lousiana, more than a percent of the population is incarcerated.

C: From public hanging to military deployments in villages, the public demonstration of cruelty have have always created in fear in those that the existence was considered outrage. We are told we should accept this fucked up system and to abandon our collective power to get a vote every four years…

As long a segment of the population will have a disproportionate power over the rest of us the resources we need to survive, the police will exist to regulate, discipline and maintain this control. The police violence isn’t an accident, it is a daily threat, that can’t be separated from the socio political context in which it exists. Austerity measures are increasing, the neocolonial exploitation mechanism are modernizing and the technologies of surveillance are getting normalized in our gentrifying neighborhood.

In the next episode, we interview a person of the Collective opposed to police brutality for a introductive discussion on police abolition. We will be exploring and answering frequently answered questions towards a world without police and to rethink our feeling of safety.

Speaking of which, we’d like to invite you all to the 25th International day against police brutality, which is celebrated on March 15th by a protest that will be held at 5PM at Métro Parc!

Transcription

La police et les prisons sont des institutions violentes et racistes, issues d'un héritage colonial qui ne servent qu'à reproduire les injustices du système capitaliste. Tous les jours, même quand c’est la soi-disant paix sociale, la police violente, harcèle et incarcère les personnes les plus démunies et les plus opprimées. Et quand elles se soulèvent, c’est encore la police et la prison.

Le problème, ce n’est pas seulement les dérapes violentes de la police, mais l'institution policière elle-même, qui constitue une forme de violence tout comme les tribunaux, les lois et les prisons. Peut-on vraiment parler de pommes pourries quand l'institution entière existe pour réprimer et opprimer?  Le verger au complet, c'est une série de podcast sous forme d'entrevues touchant à différents thèmes liés à la police, aux prisons et à la justice, mise sur pied par la CLAC, la Convergence des luttes anticapitalistes, un groupe basé à Tiohtià:ke/Montreal, en terres Autochtones non-cédées habitées entre-autres par la nation Kanienkeha:ka. Nous vous proposons une analyse critique qui s'oppose à la vision libérale préférant cibler les pommes pourries dans le panier plutôt que de s'attaquer aux systèmes d'oppression. Ne leur laissons pas cette chance: On ne réforme pas un système aux fondations pourries, on les démolit! Attaquons-nous au verger au complet!

Derrière l'idée de ce podcast, il y a une volonté de partager les connaissances, les expériences et les imaginaires radicaux, afin de mieux comprendre qui sont et comment fonctionnent nos ennemis. Il peut être difficile d'y voir clair à travers la supposée neutralité du système juridique et les discours de légitimation de la police. Comment faire la part entre bavures individuelles et discriminations institutionnalisées? Qu'est ce qui explique la sur-représentation de certains groupes dans les prisons? Comment ces structures nous mettent à mal en prétendant vouloir nous protéger et nous servir? Comment la catégorie de "criminel" est-elle construite? Ne sert-elle pas seulement à nous faire avoir peur les unes et les uns des autres? En quoi le définancement de la police est-il insuffisant et son abolition nécessaire? Comment repenser la justice au sein d’un État qui perpétue le génocide des peuples Autochtones? Quels type de justice alternatives pourraient remplacer les systèmes répressif et punitif actuels? Quelle forme prendraient une justice transformatrice dans une société post-révolutionnaire? Et dans la société actuelle? C'est entre autres ce que nous nous proposons d'explorer au fil de ces épisodes.

Dans cet épisode, on va traiter de l'histoire de la police sur l'île de la Tortue. On va d'abord discuter des fondements de la police comme outils de protection de la propriété privée et comme groupe organisé et rémunéré visant à l'application de règles des autorités établies. On discutera ensuite du développement de forces policières dans l'Amérique colonisée en brossant un portrait de l'histoire de la police au soi-disant Canada, au soi-disant Québec, puis aux soi-disant États-Unis. Tout ça pour mettre en évidence les différentes motivations qui ont amené l'implantation de ces organisations, exposant leur caractère profondément raciste et capitaliste.

Q : À partir d'où tracerais-tu les débuts de la police comme on la connaît?

R : C'est un gros débat académique de savoir à quand date l'apparition de la police. En fait, des forces militaires, des groupes armés, des gardes du corps, des mercenaires ont existé depuis des temps immémoriaux. Pour ce qui est d'une définition de la police moderne, elle comprend différents aspects: 
• une force permanente et salariée,
• ayant un responsabilité 24 heures par jour sur une ville ou un territoire
• et dont le personnel est principalement occupé à l'application des lois et au contrôle
Pour revenir à son origine, les forces policières se renforcent au fur et à mesure de l'implantation du capitalisme. Les premières forces policières organisées telles que nous les concevons de nos jours sont apparues en Angleterre au 18ème siècle. Avec le mouvement d'appropriation des terres et d'expulsion des paysans et paysannes qui a commencé deux siècles plus tôt, phénomène qu'on associe à la naissance du capitalisme moderne, les plus riches propriétaires terriens craignent les soulèvements des paysans et paysannes expropriés. En plus d’enclôturer leurs terres afin d'empêcher l'accès au territoire, d'où le terme "enclosures", les seigneurs vont utiliser leurs ressources pour former des milices armées et protéger leur propriété. Précisons que depuis l'Antiquité jusqu'à la Renaissance, la royauté et les seigneurs recourent à leurs armées afin de réprimer violemment les révoltes des populations pauvres. Mais c'est avec l'émergence de l'État moderne qu'on voit une démarcation claire entre armée et police, pour la fonction de répression interne de la population.

Q : D'ailleurs, le déplacement vers les villes s’accompagne de plusieurs pratiques disciplinaires qui marquent les populations pauvres dans ce qui sera appelé "le grand enfermement". Depuis le 15ème siècle, des mesures sont mises en place pour empêcher les gens qui sont capables de travailler de bénéficier de l’assistance sociale. Puis, la chasse aux sorcières s’en prendra aux femmes seules ou sans enfant et forcera plusieurs femmes vers la mise en famille. Le grand renfermement et l’apparition des asiles survenues au 17ème siècle a déplacé les personnes considérés inaptes à travailler dans des institutions. Ensuite, l’apparition des prisons au début du 18ème siècle a écarté une autre grande partie de la population. Par exemple, les nombreuses lois contre les vagabonds visent directement les personnes qui vivent du glanage, c’est-à-dire de la chasse illégale dans les forêts communes ou de la cueillette. De quelle façon la répression interne dont tu parlais a contribué à la stratification socio-économique pendant l'émergence capitalisme moderne?

R : C'est vrai que l'exode forcée des paysans et paysannes sans terres vers les villes causé par les situations que tu as nommées coïncide avec la première vague d'industrialisation et la consolidation de la bourgeoisie en tant que classe dominante. Cette bourgeoisie, propriétaire d’usines, bénéficie alors du travail bon marché des nouveaux et nouvelles citadins et citadines. Les villes deviennent des espaces où se côtoient la richesse la plus extravagante et la pauvreté la plus trash. Avec la création des premiers syndicats ouvriers et des grèves, la classe dirigeante craint une Révolution. C’est essentiellement pour contrôler ces nouveaux foyers de luttes, organisées ou non, que le premier corps policier moderne a été créée à Londres en 1829. À noter que cette réforme à été mise en place par le conservateur Robert Peel, qui, en passant, possède une rue à son nom à soi-disant Montréal. En fait, la plupart des services de police en occident sont créés en parallèle à des mouvements de grèves dans les usines. Supposément pour prévenir les émeutes, la police réprime les réunions syndicales, emprisonne les leaders syndicaux et utilise la violence pour écraser les manifestations. Lorsqu’elle n’est pas utilisée pour le contrôle des foules, on la charge de patrouiller les quartiers pauvres et d'assurer la tranquillité des quartiers riches. Derrière la création des forces policières se trouve l'idée qu'en contrôlant les soi-disantes "classes dangereuses", on diminuera les crimes. Voilà qui résume la double fonction de la police moderne: d’une part, la surveillance et l’intimidation au nom de la lutte à la criminalité et, d’autre part, la répression et le contrôle des grèves, émeutes et grandes manifestations.

Q : Fait intéressant: Les marchants riches engagent depuis longtemps des brutes ou des mercenaires pour protéger leur biens contre d'éventuels voleurs, mais avec la prise de contrôle graduelle des pouvoirs étatiques par la bourgeoisie, ils utilisent la création de services de police comme une manière de financer publiquement cette protection. Ils évitent donc d'avoir à payer eux-mêmes des agents de sécurité privés et renvoient les coûts à la société toute entière. Bref, la police moderne remplace la milice privée et le mercenariat, mais sa fonction première reste la même: protéger la propriété des mieux nantis et le système politique qui les avantage.

R : Et en prime, ce sont maintenant les opprimés qui paient!

Q : Donc là, on a parlé surtout du rôle de la police dans le contrôle des classes sociales chez ses propres citoyennes et citoyens. Maintenant, peux-tu parler du rôle de la police chez les peuples colonisés du soi-disant Canada?

R : Évidemment, la création de la Confédération canadienne en 1867 n'a pas mis un frein aux politiques colonialistes qui prévalaient à l'époque. Au contraire, tout au long de son histoire et jusqu'à aujourd'hui, le Canada reste un État colonial et ses forces policières sont utilisées pour imposer ses décisions politiques au détriment des populations autochtones. Malgré le mythe tenace selon lequel la Canada est un pays moins violent, aux méthodes plus humaines que son voisin du sud, l'histoire de la police, particulièrement la GRC, mais aussi la SQ au Québec, nous démontre que sous son masque bienveillant le Canada n'a rien a envier aux violences et à la barbarie des autres États coloniaux. Le Canada reste le territoire d’une compagnie, la compagnie de la baie d’Hudson, transformé en pays.

C'est à partir d'une force militaire formée expressément pour mater les rébellions Métis que la Police montée du Nord-Ouest, l’ancêtre de la GRC, va voir le jour au nord de l'actuel soi-disant Manitoba. Un convoi militaire d'un millier de soldats  est envoyé pour réprimer la Rébellion de la Rivière Rouge, à laquelle participent Louis Riel et ses alliées.Puis, il est établi comme force permanente sur ce territoire pour être finalement transformé en Police Montée en 1873. L'organisation participe à l’écrasement de nombreuses révoltes autochtones et Métis tout au long du 19e siècle. C’est après la grève insurrectionnelle de Winnipeg en 1919, que la Police montée du Nord-Ouest devient officiellement la Gendarmerie royale du Canada.

Q : C'est pas surprenant quand on voit ce qu'elle fait aujourd’hui.

R : En effet, le rôle de la GRC c'est d'être le bras armée dans la continuité des politiques colonialistes canadiennes. L'État se doit d’avoir plein contrôle sur l'ensemble du territoire qu'il définit comme "le sien". Les souverainetés autochtones sont tolérées dans la mesures où elles n'entrent pas en contradiction avec les intérêts corporatifs du régime ou des compagnies qu'il protège. La GRC est alors déployée comme une armée d'occupation en territoire ennemi pour faire respecter les lois et les décrets votés par le parlement canadien... ou les projets privés cautionnés par le gouvernement. 

Q : On peut penser à certains projets extractivistes qui ont fait l'objet d'une résistance Autochtone importante dans les dernières années, comme par exemple le pipeline Coastal GasLink, le pipeline TransMountain ou le projet Alton Gas. 

R : Exactement, c'est difficile de dénombrer les projets coloniaux qui nécessitent une répression policière des protectrices et protecteurs du territoire au soi-disant Canada parce c'est simplement une réalité constante et omniprésente de l'occupation Canadienne.

Q : Quand on regarde l'histoire des luttes Autochtones au soi-disant Québec et les disputes territoriales actuelles, on se rend compte que c'est plutôt la Sureté du Québec, la SQ, qui incarne la menace de violence envers les Autochtones qui défendent leur territoire traditionnel. La force de police au soi-disant Québec, ça a débuté comment?

R : On peut remonter au rapport Durham de 1839 qui recommande la ré-implantation d'une police au Bas-Canada. Le rapport dit que la police a toujours été dysfonctionnelle sur le territoire et que ses six agents n’avaient aucun compte à rendre. C'est donc après la rébellion des patriotes que le premier service de police moderne voit le jour au Canada, avec comme objectif explicite de surveiller les activités politiques des populations rebelles. Les services de polices de Montréal et de la ville de Québec sont quant à eux crées en 1843 chacun composés d'une cinquantaine d'hommes. La police provinciale est officialisée par l'Acte de police du Québec en 1870, abolie par les libéraux en 1878 et ré-établie par les conservateurs en 1883. En 1937, le gouvernement ultra-conservateur de Maurice Duplessis réorganise la police provinciale en quatre services distincts: la police judiciaire, la gendarmerie, la police de la route et la police des liqueurs. La même année, la Loi du cadenas a été adoptée. Cette loi mène à des perquisitions et à la fermeture des établissements soupçonnés d’héberger des activités subversives, notamment des journaux communistes de l’époque, mais aussi des activités syndicales. La SQ est née suite à l'implémentation des recommandations du rapport Cannon de 1944, qui, et je cite: « se penche sur le véritable rôle de la Sûreté provinciale, notant que, dans l'opinion publique, la Sûreté était depuis des années critiquée pour l'inefficacité de son travail et le résultat négatif de ses activités ». Il semble déjà y avoir une constante, la police est inefficace.

Q : Effectivement. Puis là, si je comprend bien, l'organisation des différentes forces de police sur le territoire, c'est pas une histoire tout a fait linéaire?

R : Non en effet, et l'importance relative de la SQ en comparaison aux polices locales et municipales va continuer de changer entre l'époque de Duplessis et aujourd'hui. En général, dans les années 70s, et depuis l'implantation de leur centre opérationnel sur la rue Parthenais à Montréal, les policiers vont développer plus de niveaux hiérarchiques, implanter différentes spécialités, et s’équiper de gestionnaires pour encadrer le tout. Depuis 1960, les services de police municipaux tendent de plus en plus à disparaître pour laisser place à la SQ. C'est comme ça qu'entre 1960 et 1980, la SQ est passée de 1500 à 4500 agents, en plus d'ajouter 1000 employés civils. En 1977, la commission Keable sur l'infiltration du FLQ par la police, rapporte que les opérations étaient dépourvues de légitimité et estime que les corps policiers ne sont soumis à aucun contrôle satisfaisant. La même année, la commission Mcdonald blâme sévèrement la GRC pour diverse pratiques illégales (écoute électronique sans mandat, vols, fabrication de faux documents) et ses recommandations mènent à la séparation du service de police fédéral et de sa branche de contre-espionnage, qui devient le Service canadien de renseignement et de sécurité, le SCRS, en 1984.

Q : 1984, bel adon! Après ça, le prochain événement d'importance pour la police provinciale, vous l'aurez deviné, c'est l'intervention de la SQ lors du blocage d'une route par les Mohawks/Kanienkeha:ka de Kanesatake, le 11 juillet 1990. Un assaut manqué qui a coûté la vie à un agent, le caporal Lemay. Au fur et à mesure du déroulement de la crise d'Oka, les propos désobligeants envers les autochtones tenus par le représentant de l'Association des policiers provinciaux du Québec (le syndicat des agents de la SQ) pis les responsable de la SQ eux-mêmes, renforçaient l'image négative de la SQ. Voici un extrait du journal La Presse qui dénonce racisme de la SQ et son manque de nuance dans ses communiqués de presse: 
"Ce communiqué, où l'on n'a même pas la décence de faire la distinction entre les Warriors armés et l'ensemble de la communauté Mohawk, donne l'image d'une police raciste, aux yeux de laquelle tout Mohawk est un criminel en puissance". 

Un rapport du coroner sera produit à ce moment, le rapport Gilbert, qui montre que la SQ a décidé d'intervenir seule, sans l'autorisation explicite du ministre. Le rapport Gilbert nous dira, ouvrer les guillemets:
"Lorsque l'ordre social et la sécurité publique sont menacés, le problème en est un qui doit être pris en main par le gouvernement et non laissé à la décision isolée de la police." Fermer les guillemets.

Donc, même si les différentes commissions d'enquête qui se succèdent ont des mandats et des contextes différents, il reste que les services policiers continuent d'agir sans nécessairement devoir répondre à qui que ce soit. Après Oka, de nombreux efforts sont mis en place pour encadrer le corps de police provincial et le rendre plus transparent aux yeux du public. Mais malgré les efforts pour camoufler leurs bavures et leur incompétence, les rapports qui suivent continuent de pointer les mêmes problématiques.

R : Oui et c'est pas tout, avec l'obligation de toutes les municipalités du Québec de plus de 5000 habitant-e-s d'avoir un service de police, mise en place depuis 1992, plusieurs petites villes et communautés rurales ont eu à transférer leurs activités à la SQ. C'est le cas par exemple du service de police de Joliette, qui est passé au contrôle de la SQ en 2008, de celui de Val-d'Or en 2002 et tout récemment, celui de Mont-Tremblant. C'est le cadre qui va mener à la commission Viens sur les relations entre les communautés autochtones et certains services publics, dont la SQ de Val-d'Or, suite aux témoignages d'une dizaine de femmes autochtones rapportant des abus physiques et sexuels, de la négligence et du mépris entre 2002 et 2015. Ce rapport nous dit aussi que, et je cite:
"Entre le 1er janvier 2012 et le 31 août 2017, 4 270 constats d’infractions ont été remis à Val-d’Or. 75,1% de ces personnes étaient d’origine autochtone".
Les motifs de ces interventions, selon la police sont les nombreuses infractions à la réglementation municipale, dont flâner, se trouver en état d’ébriété dans un endroit public ou troubler la paix. Encore une fois, les policiers, responsables de l'ordre public, agissent en fonction de priorités qu'ils définissent eux-mêmes. Ce sont les mêmes reproches que dans le rapport sur la crise d'Oka. La soi-disante transparence n'a aucunement augmenté et le racisme n’a pas été remis en cause. C'est presque grotesque que malgré plusieurs rapports pointant les mêmes violences et les mêmes lacunes, rien ne change réellement sur le terrain et l'histoire semble se répéter sans cesse.

Q : On parle de rapports et de commissions d'enquête, pourtant la seul tendance qu'on semble constater chez la SQ ou le SPVM, c'est l'accroissement de leur budget et de leur capacité technologique, mais leur rôle et leur façon d'agir restent sensiblement les mêmes. Peut-être qu'on peut essayer de synthétiser tout ça; j'aimerais que tu parles justement de la façon dont l'État présente la police à la population.

R : On s'entend, depuis trois quart de siècle, la police est inefficace, contre-productive et agit en cavalier seul. Même si les rapports des commissions présentent une relation houleuse entre l'État et sa police, on doit se demander: est-ce vraiment le cas? Une institution dysfonctionnelle, qui est rabrouée tout les 10 ans sans jamais rien changer me semble un signe indéniable que: son rôle informel est en fait son rôle formel. Sur papier, l'État a les compétences pour "faire le ménage" au sein des corps policiers en termes de transparence et d'imputabilité. Mais le simple fait que rien n'est mis en place depuis toutes ces années souligne très bien qu'on a affaire à plus qu'une pomme pourrie, mais bien un verger au complet, et ce tant du côté de l'État qui profite de la situation que de la police. 

Pensons par exemple à certaines manifestations du 1er mai, en réponses aux assassinats de la police ou au Printemps 2012 et 2015. Comment le ministre de la sécurité publique peut-il tolérer que des centaines de policiers armés attaquent violemment des manifestantes et manifestants à proximité de zones résidentielles? En fait, il y a deux hypothèses. La première c'est que la classe politique ne veut pas savoir les détails, pour éviter d'être tenue responsable. La seconde, plus plausible, est que ses ordres proviennent directement des éluEs, mais que ces ententes sont gardés secrètes. Dans un cas comme dans l'autre, la responsabilité des agissements de la police n'est pas assumée par les pouvoirs politiques, mais tout de même supportée tacitement. La répression, la violence et les agressions envers les plus vulnérables, qui sont au centre des agissements que la police, aurait pu diminuer en implantant les mesures d'un rapport ou d'un autre, si la volonté du gouvernement existait. Mais l'État se soucie peu de l'application des mesures, sinon que des apparences qui facilitent son acceptation sociale. La police provinciale a été mise en place à la suite de soulèvement populaires et contribue au maintient du colonialisme, du racisme et du capitalisme. C'est son rôle officieux, parfois exposé, mais jamais sanctionné. On est loin d'une quelconque garantie de justice ou d'impartialité qui garantirait le respect de la loi, comme on aime nous le dire. 

C : En d'autres mots, les services de police ne sont que les chiens de garde de l'État, jamais dociles, jamais contrôlables, même si l'État s'achète une bonne conscience et tente d'embellir son image en les critiquant de temps à autre.

Q : Pour mieux comprendre les manifestations contre la police et le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis, peux-tu nous parler des origines de leur police?

R : La police aux États-Unis est une continuité de l'esclavagisme. Selon Howard Zinn, au 19e siècle, comme les populations esclaves américaines étaient moins nombreuses et moins denses que dans les Caraïbes, l'évasion était plus réaliste que l'insurrection armée. Les propriétaires d'esclaves mettent alors sur pied des dispositifs pour surveiller les esclaves sur leurs terres, les overseers, mais également pour retrouver les esclaves en fuite, les slave patrols, les patrouilles d’esclaves. Ces patrouilleurs agissent avec une cruauté inqualifiable envers les esclaves récalcitrantes et récalcitrants, allant jusqu'à la torture et l'assassinat légalisé. Ils utilisent des chiens de chasse pour traquer les personnes fugitives et les mutiler. Les peines pour les personnes blanches aidant des esclaves à s'enfuir sont aussi rehaussées avec le Fugitive Slave Act de 1850, qui sera appliqué dans les États du Nord, où l'esclavage est pourtant interdit. C'est entre autre aussi dans le but de décourager la solidarité de classe entre personnes noires et personnes blanches que les autorités du Sud, comme du Nord, mettent en place une ségrégation raciale de plus en plus stricte. Les overseers, engagés pour réprimer les esclaves, sont souvent des immigrants irlandais eux-mêmes très pauvres, ce qui accentue la division raciale au profit de l'élite propriétaire.

Les slave patrols servent une autre fonction, essentiellement contre-insurectionnelle: leur présence et leur méthodes brutales agissent de manière préventive, qu'on pourrait qualifier de terroriste, pour décourager tout soulèvement de la part de populations noires.

Q : Et après la guerre civile?

R : Après la Guerre Civile et l'abolition de l'esclavage, la tradition esclavagiste se poursuit dans les États du Sud. Les esclaves nouvellement libérés demeurent liés à leurs anciens maîtres à travers des dettes ou des conditions de vie misérables pour les rendre dépendantes et dépendants du nouveau système économique importé du Nord. Mais pour pouvoir exploiter leur force de travail dans les usines, il faut les autoriser à circuler librement, au grand regret de la population blanche, qui vit dans la peur constante d’une insurrection. C'est devant cette menace perçue que sont créée les premières polices modernes dans les villes. Dans certains cas, les soulèvements populaires appréhendés se sont bel et bien produits. Au Nord, entre 1801 et 1832, les noirs de New-York, par exemple, ont déclenché pas moins de quatre émeutes pour tenter d’empêcher les esclaves affranchis d’être renvoyés à leurs anciens maîtres. Ces efforts ont généralement échoué: la garde a répondu violemment et les participantes et participants ont reçu des peines particulièrement sévères. Mais malgré la désapprobation de l’élite et la répression, les classes populaires ont continué de se révolter, parfois même en transgressant les barrières raciales. 

Q : Donc gros spoiler, l'abolition de l'esclavage, c'est plutôt une transformation des mécanismes d'exploitation, c'est bien ça?

R : Exact, comme je disais, après la guerre, plusieurs états du Sud créent de nouveaux codes de lois qui reproduisent leurs lois esclavagistes, et qui régissent les déplacements et à peu près toutes les sphères de la vie des esclaves libérés. On les appelle les Black Codes ou Black Laws. Par exemple, selon les vagrancy laws, qu'on pourrait traduire comme lois sur le vagabondage, on retrouve l'obligation de trouver un travail, sans quoi on peut se faire arrêter et emprisonner pour n'avoir que marché dehors sans preuve d'avoir un travail. Ça donne le pouvoir aux employeurs et ça fait que les gens sont obligés de prendre n'importe quelle job de marde. C'est carrément de l'esclavage à peine salarié.

Q : Donc l'esclavage est soi-disant aboli... mais le fait d'exister sans travailler est criminalisé. Puis en prison, c'est le travail forcé!

R : Oui, et même si les overseers et les slaves patrols sont abolies, dans les faits, les forces policières qui les remplacent vont en conserver plusieurs éléments, dont faire respecter les couvres-feu, la surveillance des quartiers et, bien sûr, un racisme insidieux. Dès sa naissance, par exemple, le Ku Klux Klan jouit d'une immunité face à ses crimes, alors que les prisons que l'on bâtit par centaines au pays se remplissent majoritairement de détenus noirs. Ce n'est pas surprenant quand on sait que les membres du Klan sont souvent eux-mêmes des policiers ou des sheriffs. Avec une telle histoire, on comprend mieux pourquoi le profilage racial est autant enraciné dans les structures policières actuelles; c'est l'essence même de sa fondation. Aux États-Unis comme au Canada, les personnes Noires et Autochtones sont sur-représentées dans les prisons, et le racisme des services de police, qui se combine avec celui des systèmes de justices contribue fortement à cette situation. En ce moment, aux États-Unis, 40% des personnes incarcérées, tous niveaux confondus, sont Noires, alors qu'elles représentent 13% de la population. Il y a des États, comme la Louisianne et l'Oklahoma, où plus d'un pourcent de la population est actuellement incarcérée.

C : Des pendaisons publiques aux détachements militaires dans les villages, les démonstrations publiques de cruauté ont toujours visé a susciter la peur chez celleux dont l'existence est jugée un affront. Il faudrait qu'on accepte l'ordre social et qu'on abandonne notre pouvoir collectif à un vote aux quatre ans...

Tant qu’un segment de la population exercera un pouvoir disproportionné sur le reste d'entre-nous et sur les ressources dont on a besoin pour survivre, la police existera pour réguler, discipliner et maintenir ce contrôle. La violence policière n’est pas un accident – c’est une menace quotidienne - qui ne peut être séparée du contexte socio-politique dans lequel elle existe. Les mesures d’austérité s’accroissent, les mécanismes d'exploitation néocoloniale se modernisent, et les technologies de surveillance se normalisent dans nos quartiers en gentrification.

Dans le prochain épisode, on interview une militante du Collectif Opposé à la Brutalité Policière (le COBP) pour une discussion introductive sur l'abolition de la police. Ce sera l' occasion d'explorer et d'avoir des réponses aux questions fréquemment posées sur la transition vers un monde sans police et de repenser sur quoi est basé notre sentiment de sécurité.

D'ailleurs, on en profite pour vous inviter à la 25e Manifestation Internationale contre la brutalité policière du 15 mars, organisée par le COBP. Restez à l’affût pour les détails.

______________________________
Produit par la CLAC, 2021. Diffusé sous license Creative Common - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/fr/)

..
Campagne: 
https://www.clac-montreal.net/sites/default/files/episode1.ogg
http://clac-montreal.net/sites/default/files/episode2.ogg 324324 audio/ogg

Abécédaire anticapitaliste

Après CISM pendant plus d'un an, le comité agitprop de la CLAC sévit maintenant sur les ondes de CKUT à l'Émission Off The Hour un vendredi par mois. La chronique est basée sur la formule d'un abécédaire: une lettre, un mot, une tirade. Ça ne se passe pas dans l'ordre alphabétique, mais selon l'actualité. D comme dénoncer, C comme crosse ou crosseurs. Bonne écoute!



Les idées et la révolte se partagent

DIRA - Bibliothèque anarchiste - 2035 Boulevard St-Laurent Montréal dira @ riseup.net

Disclaimer notice: The host and administrators of this site, as well as the owner of both clac2010.net and clac-montreal.net domain names, in no way encourage illegal activity. The content of this site is compiled strictly for informative purposes. - April 28th, 2010 -

Avis de non-responsabilité : L'hébergeur et les administrateurs de ce site, ainsi que le propriétaire des noms de domaine clac2010.net et clac-montreal.net, n'encouragent personne à commettre des actes illégaux. Le contenu de ce site est compilé strictement à titre informatif. - 28 avril 2010 -

Connexion utilisateur